Marché des résidences seniors

Les seniors autonomes

Vieillir en autonomie

  • Allongement de la durĂ©e de vie en meilleure santĂ©, particulièrement pour la tranche d’âge 65 – 80 ans.
  • En 2014, 1 personne sur 4 de plus de 75 ans est valide et autonome, cependant fragilisĂ©e.

 

L’allongement de l’espĂ©rance de vie

Source : insee, évolution passée et projetée de l’espérance de vie à la naissance 1950-2060

En 2060, nous vivrons 20 ans de plus qu’en 1950

 

Augmentation du nombre de seniors

Une pĂ©nurie d’hĂ©bergements

Le maintien à domicile permet de reculer le moment d’intégrer une structure médicalisée. Toutefois, cette possibilité n’est  pas envisageable dans tous les cas.

Certains départements français font face à une pénurie de structures pour personnes âgées. L’offre d’hébergement n’est pas adaptée aux besoins actuels et à venir.

 

La solution : La résidence seniors

Les seniors souhaitent rester autonomes le plus longtemps possible, à domicile, et entretenir une vie sociale. La résidence seniors est une excellente alternative à la maison de retraite puisqu’elle prend en compte l’évolution des besoins de cette population vieillissante. Face à la demande grandissante, le parc des résidences seniors est insuffisant et devra doubler.

 

Age moyen d’entrĂ©e : 75 ans

1 senior sur 2 serait prêt à vivre en résidence

 

Les points forts de la résidence seniors

  • La rĂ©sidence seniors apporte confort, sĂ©curitĂ©, lien social et services Ă  la personne.
  • Les espaces communs, le voisinage et la proximitĂ© du personnel soignant rassurent les occupants.
  • La proximitĂ© des commerces, services, loisirs, espaces verts,… Est importante.
  • Une gestion qualitative du quotidien de la rĂ©sidence contribue au bien-ĂŞtre des locataires : restauration, animations, sĂ©curité…

 

Les seniors dépendants

 

Les ehpad accueillent Les personnes dites “ de Grand âge ” en situation de perte d’autonomie

 

L’EHPAD (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) est une maison de retraite visant à améliorer la qualité de vie des personnes accueillies grâce à un soutien médical adapté.

Répondant à des règles strictes et nécessitant des autorisations administratives  délivrées  par  l’Agence  Régionale  de  Santé  et le Conseil Général en fonction de critères d’accueil précis et des besoins démographiques identifiés, les EHPAD sont soumis à un numerus clausus.

 

Age moyen d’entrĂ©e  : 85 ans

16 lits pour  100 personnes âgées + 80 ans

D’ici à 2040, le nombre de personnes dépendantes, notamment atteintes de la maladie d’Alzheimer, devrait passer de 800 000 à 1,2 million.

Evolution des + de 85 ans
(en millions)

Source : Insee

 

Une pénurie  de Lits

Au rythme actuel de progression de la population vieillissante et compte tenu de l’augmentation de l’espérance de vie, le parc est largement insuffisant. D’après l’ARS, 15 000 nouvelles demandes de placement sont émises chaque année contre seulement 5 000 créations de nouvelles places, créant un déficit structurel annuel de 10 000 places.

 

Des disparités

Capacité d’accueil des personnes âgées selon la catégorie d’établissement au 31 décembre 2015 : comparaisons départementales

Source : INSEE, déc. 2015

 

Un marché porteur et pérenne

 

  • La diffĂ©rence entre l’offre et la demande assure un taux d’occupation Ă©levĂ© des EHPAD. Leur rendement est par consĂ©quent le plus Ă©levĂ© du secteur des rĂ©sidences de services (de 4 Ă  5 % net d’impĂ´t).
  • Le marchĂ© du secteur des EHPAD repose sur un fait et non sur une projection. L’effectif de la population âgĂ©e est connu 50 ans Ă  l’avance. L’investissement immobilier, dans ce type de configuration sans surprise, y est donc plus maĂ®trisĂ©.
  • Contribuer Ă  combler le manque de lits et rĂ©pondre ainsi au bien-ĂŞtre de nos aĂ®nĂ©s, en choisissant une rĂ©sidence mĂ©dicalisĂ©e, apporte Ă©galement une dimension citoyenne Ă  cet investissement.